Ma ballade à Avallon

Avallon en Bourgogne - vers le cœur historiqueJe ne m’attendais pas à trouver d’aussi jolis quartiers à Avallon dont le cœur historique est vraiment très agréable et nous raconte toute une partie de l’histoire de la ville.

D’ailleurs, Avallon n’échappe pas à la règle de presque toutes nos villes: occupation humaine depuis toujours, un oppidum celte des gaulois Eduens, un temple romain et la voie romaine via agrippa qui passe par Lyon en montant vers le Nord et enfin, dernière couche de civilisation, les églises.

Et comme toutes les villes de notre pays, Avallon, au cours de sa longue histoire, fut attaquée, détruite, assiégée au cours des siècles. Entre les Sarrasins venus d’Espagne (VIII°s), les Vikings venus du Nord (IX° siècle), les luttes fratricides entre les ducs de Bourgogne et la famille de France (XI°siècle), la guerre de cent ans (XIV° siècle), les bandes de mercenaires de tous bords, les guerres de religions (XVI° siècle), la foudre et la peste (XVI° siècle aussi)… pour ne citer que ces quelques graves mésaventures, la ville fut détruite, puis fortifiée, puis détruite à nouveau, brulée, en ruine, et elle ne recommence à respirer et à se reconstruire qu’au XVII° siècle.

 

Et pourtant, la Tour de l’Horloge (XV° siècle) est là dans un calme serein comme si rien de tout ça n’avait existé. En la voyant, on se dit simplement « oh, c’est beau ». J’aime ces ruelles enrichies de monuments moyenâgeux qui nous plongent malgré nous dans notre histoire. Curieusement, j’en ressens un calme reposant.

 

L’église Saint Lazare

Le clou du spectacle, ce fut l’église Saint Lazare. On a envie de parler de basilique mais non, ce n’est qu’une simple église sauf qu’elle fut bâtie sur un plan de basilique du début du Moyen Age. La construction actuelle, même si elle présente de nombreuses modifications après de nombreuses et diverses catastrophes qui obligèrent les princes ou les évêques à la restaurer, est pas mal restée dans son « jus » du XII° siècle.

Sobre et pourtant très travaillée elle offre un contraste étonnant entre sa simplicité et les ornementations de pierre sur et autour des porches qui ont résisté au temps. Il n’y a plus que deux porches. Mais je fut étonnée par cette statuaire imposante de sobriété et de puissance. Quant aux colonnes droites, torses, taillées, décorées… elles offrent un sentiment flexible, un mélange inhabituel.

Nef sobre plongeant vers le cœur. (ci-dessus). Vitrail aux couleurs vives. Peintures anciennes sur voutes du XV° siècles (ci-dessous)

avallon-en-bourgogne-eglise-saint-lazare-bougiesJ’avoue avoir été sidérée par cette vierge qui semble porter une énorme tâche de sang. Malaise.

Je m’empresse d’allumer quelques bougies pour ceux que j’aime et qui nous ont quitté.

Je reviendrai car il y a bien d’autres églises à voir, souvent très anciennes, des couvents, un château, des murailles et quelques tours que j’ai bien envie d’aller rencontrer.

Retour vers le haut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s