Château Gaillard aux Andelys

161206-cha-gaillard-aube-027

Nous sommes arrivés avant l’aube. Le château porte bien son nom de Gaillard. Monstre massif et froid entouré de dentelles de murs en ruines, perché sur son rocher, il veille encore sur la vallée de la Seine endormie ce matin là sous la brume.

161206-vallee-seine-aube-056
Depuis Château Gaillard ils voyaient l’ennemi arriver de loin, même dans la brume du matin

Voilà plus de 800 ans que le brouillard embrasse la forteresse chaque petit matin.

Notre cher ennemi anglais Richard Cœur de Lion l’a fait ériger pour empêcher notre bon roi de France Philippe Auguste de s’emparer de la Normandie. Il voulut protéger Rouen et empêcher les français dans leur avancée vers l’Ouest, alors domaine anglais.

Philippe était notre 7ème roi Capétien et Richard était le fils d’Henri II de Plantagenet, roi d’Angleterre, mais aussi comte d’Anjou et du Maine, duc de Normandie et d’Aquitaine. Bref, la France actuelle était au moins aussi anglaise que française. Et encore… Cet anglais était-il si anglais? Son domaine s’étendait du Sud de la France actuelle au Nord de l’Angleterre.

Les deux hommes qui furent alliés et se retrouvèrent même ensemble pour la 3ème croisade, finirent par se combattre. En effet, Philippe Auguste se dépêcha de rentrer de la croisade pour envahir la Normandie de Richard avant le retour de celui-ci. C’est pour défendre sa Normandie que Richard fit construire cette imposante forteresse qui fut érigée en moins de deux ans! Les troupes du roi de France devaient être une grande menace. Et elles prendront d’ailleurs la place forte peu après la mort de Richard Cœur de Lion. Des deux, celui qui gagna (provisoirement) est celui qui vécut le plus longtemps….

161006-vue-des-douves-143
Château Gaillard – Vue d’en bas

En regardant vers le haut du fond des douves, je me suis imaginée au XIIème siècle avec ma hallebarde, face à cette muraille immense, lisse et bien évidemment défendue, prise sous les flots de flèches, de boulets ou de liquides brulants. Ce devait être un enfer. D’autant que pour arriver là il fallait avoir passé d’autres murailles qui entouraient la cour basse (aujourd’hui en ruines) et avoir échappé aux soldats qui empêchaient la montée sur la butte qui s’élevait au dessus de la Seine.

En réalité, les douves devaient être pleines et le pont levis levé. Mon imagination m’a entrainée dans une histoire impossible.

entree-de-la-cour-haute-157

Car ce fort fut pris et repris… et repris encore… et encore. Mais ses occupants ont toujours été vaincus par des sièges qui les affamèrent ou même les firent mourrir de soif. On peut raconter, par exemple, la fois où, durant un siège, la dernière corde pour plonger dans le puis de 100 mètres de profondeur vint à se briser. Plus de corde pour puiser l’eau, plus d’eau. Reddition.

161206-le-fort-192
Le fort lorsqu’on monte la butte d’où il domine la Seine
161206-ch-gaillard-vu-des-andelys
Vue de Château Gaillard depuis Les Andelys
161206-lever-du-soleil-140
Lorsque le soleil s’apprête à réchauffer la forteresse glaciale
161206-vue-de-la-fenetre-145
La vallée de la Seine vue de la Basse Cour
161206-ruine-ch-gaillard-095
Ruine – Cour Basse
161206-ombre-et-lumiere-176
Ombre et Lumière sous le porche d’entrée de la Cour Haute
161206-le-donjon-127
Le donjon vu du fond des douves
161206-fenetre-ouverte-163
Ruine – Cour Basse – au fond, la vallée de la Seine dans le brouillard
161206-ch-gaillard-108
L’habitat du fort appuyé sur la roche
161206-croix-sur-haute-cour-174
le donjon – la grille – le soleil commence à lécher le donjon

Construit en deux ans à peine au XIIème siècle, cet ensemble a résisté à tant de guerres de conquêtes ou de religion. Il a subi de nombreuses démolitions, des reconstructions, des abandons, des retours d’intérêt… Et nous voilà au XXIème siècle et il est toujours magnifique, imposant et passionnant. Il porte l’histoire des origines de la conquête de la France par les Capétiens à nos jours.

Au fond de la vallée, en bord de Seine, le petit bourg des Andelys s’éveille sous un épais manteau de brumes matinales. Le soleil dessine petit à petit le blanc acre des falaises nues qui l’entourent. Cette boucle de la Seine, avec ses petites îles qui soutenaient le pont, permettait effectivement une surveillance parfaite. Aujourd’hui, c’est une atmosphère paisible qui s’écoule avec le fleuve. Oubliées les batailles et les assauts de soldats en armures bruyantes. Oubliés les passages empêchés sur la Seine bardée de pieux qui interdisaient le chemin vers Rouen aux bateaux chargés des armées françaises.

161206-falaises-158-bis161206-les-andelys-082161206-falaises-et-iles-078

2 réflexions sur “Château Gaillard aux Andelys

  1. Bonjour,
    Si je veux admirer un lever de soleil de Les Andelys, permettant d’admirer le paysage, le château et/ou les falaises, vous me conseilleriez quel emplacement (et comment s’y rendre, entre voiture et marche !).
    Merci par avance de vos conseils.
    Bien cordialement,
    Emmanuelle

    J'aime

    1. Ça vaut le coup d’arriver très tôt, avant le lever du soleil. Car en haut, on le voit se lever à travers les ouvertures dans les ruines des murailles sur fond de rivière puis, à l’intérieur de la cour intérieure du château. Petit à petit tout s’éclaire. D’en haut, on voit aussi le soleil dorer petit à petit les falaises en bas dans la vallée. C’est magique. On peut monter en voiture jusqu’au parking qui se situe à mi-hauteur de la butte sur laquelle le château se dresse. Après, il faut grimper à pieds. Mais, arrivé en haut, on ne regrette pas.
      Belle découverte.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s